Dans cette série d’articles, vous découvrirez les récits de familles ayant fait un voyage au long cours. Nous espérons que ces portraits aideront à démystifier ce type de voyage pour les familles qui voudraient se lancer dans l’aventure. Nous ajouterons d’autres récits fréquemment. C’est souvent par l’exemple qu’on peut faire une différence. Alors si vous recherchez une dose de motivation ou le petit coup de pied dans le derrière qui manquait pour faire le saut, continuez à lire!


PYMH – Témoignage d’une famille

  • Les membres de la famille et l’âge:
    Prisca (Maman, 38 ans bientôt), Yannick (Papa, 38 ans passé), Maëwenn (bientôt 8 ans) et Hugo (le dernier arrivé, bientôt 1 an).
  • Elle ressemble à quoi votre famille?
    Nous sommes une famille qui aime voyager, surtout au soleil quand il fait froid dehors, mais aussi rester au chaud sous la couette à regarder des dessins animés. Yannick travaille dans un grand groupe pendant la semaine, ce qui donne des week-ends en famille à cuisiner, se balader ou cocooner.
  • Le pays d’origine de la famille:
    Nous sommes basés à Orléans, en France.
  • La date de début et la date de fin du voyage:
    Nous sommes partis en tour du monde à 3 (Hugo n’était pas encore né) de début septembre 2014 à mai 2017.

1. La décision de partir

Qu’est-ce qui a été le déclencheur dans la décision de partir?

Lors d’un voyage en Thaïlande, et particulièrement à Chiang Mai, nous avons rencontré des jeunes, en voyage pour plusieurs mois. Je pense que l’idée a commencé à germer dans notre esprit. Puis, une semaine après notre retour de congés d’été, Yannick a invité un de ses collègues. Ce dernier a lancé le débat du tour du monde, projet lui tenant à coeur (d’ailleurs, il est parti il y a quelques mois). Et après beaucoup de verres, quelques arguments bien placés et moments de réflexion, mon mari a dit : « En effet, pourquoi ne pas partir ? On va regarder tout ça. » Je lui ai donné quelques jours pour se remettre de ses émotions et bien réfléchir.

Comment est arrivé le consensus familial?

Après cette discussion, nous avons choisi de partir. Pour ma part, je n’ai pas eu à réfléchir. La réponse était toute trouvée : « Si tu veux partir demain, mes valises sont prêtes !!! » Bref, pas de débat entre nous puisque nous étions sur la même longueur d’onde.

Quelle a été la réaction de l’entourage?

Notre entourage, famille et amis, n’a pas été surpris. Il s’attendait à ce que nous partions à l’étranger. C’est un sujet de discussion récurrent. La seule petite interrogation concernait la capacité d’adaptation de Maëwenn.

Quelle a été la réaction des enfants?

Maëwenn était ravie de partir : elle était curieuse de ce que nous allions voir et se faisait un plaisir de passer 24H/24 avec ses parents.

Qu’avez-vous fait de vos emplois?

Nous avons chacun pris un congé sabbatique : un moyen de retrouver notre emploi si nous revenions dans la région, quit à changer plus tard à notre retour.

2. Les préparatifs

Combien de temps avant le départ avez-vous débuté les préparatifs?

Nous avons commencé les préparatifs 1 an avant notre départ. Nous avons pris quelques semaines pour réfléchir à notre budget, aux pays que nous voulions visiter, faire le point sur l’administratif et la législation autour de l’année sabbatique (impôts, scolarité, assurances, législation du travail…). Une fois tout ça fait et résumé, et nos congés sabbatiques validés, nous avons rentré dans le vif du sujet !

Quelle mode de transport avez-vous choisi pour vos grands déplacements?

Nous avons choisi de faire les plus grandes distances en avions. Certains pays se prêtent bien au road-trip, donc nous avons loué une voiture ou un van. Pour le reste, nous utilisions les transports locaux.

Si applicable, quelle option avez-vous choisie pour vos billets d’avion et pourquoi?

Nous avons choisi de prendre des billets d’avion « Tour du monde » via une agence spécialisée. Nous avons opté pour le groupement de compagnies One World, puisqu’il intègre la compagnie LATAM (anciennement LAN), qui propose des vols vers l’Île de Pâques.

Avec du recul, je pense que nous avons fait un bon choix : nous avions une certaine flexibilité. Si nous avions réservé les billets par nous-mêmes, je ne suis pas sûre que nous aurions payé moins cher.

Quels vaccins avez-vous pris et pourquoi?

Nous avons réalisé les vaccins suivants : fièvre jaune (pour notre séjour en Afrique du Sud et dans le nord de la Thaïlande), l’encéphalite japonaise et le rappel des vaccins habituels réalisés depuis que nous sommes petits. J’ai fait avec Maëwenn les 2 premières injections contre la rage, au cas où (on ne sait jamais quel animal on pourrait croiser).

Le choix de se faire vacciner prête à débat. Je n’aurai rien fait de plus ou de moins, surtout après avoir vu ce qu’il s’est passé à un petit garçon mordu par un chien au Sri Lanka et qui a contracté la rage…

Avez-vous fait le plein d’équipement ou vous êtes partis avec ce que vous aviez déjà?

Nous nous sommes équipés en sac à dos (parce que d’habitude nous voyageons avec des valises), en chaussures (de randonnée car les nôtres commençaient à dater) et en manteaux (avec polaire amovible) , le tout pouvant résister aux différents climats rencontrés.

Avec le recul, nous aurions pu prendre un petit peu moins de vêtements et nous équiper en achetant les vêtements dont nous avions besoin, sur place.

Dernier équipement, et pas des moindres, j’ai investi dans un compagnon de voyage indispensable dans un tour du monde : un appareil photo. J’ai opté pour un reflex tropicalisé, histoire qu’il résiste à tous les aléas météorologiques et géographiques.

Quel arrangement avez-vous pris pour l’école sur la route?

En France, l’école est obligatoire à partir de 6 ans. Nous l’avons déscolarisée de l’école maternelle, le temps du voyage. Pendant notre tour du monde, nous avons « travaillé » avec elle, avec ce qui nous entourait.

Quel type d’assurance vous avez utilisé, avec qui et pourquoi (santé, bagages, etc.)?

Nous avons profité de nos assurances de cartes de crédit dans un premier temps. Et comme nous avions gardé une voiture pour notre retour, nous avions une petite assurance pour le véhicule. En se renseignant bien, nous nous sommes rendu compte qu’elle couvrait les besoins dont nous pourrions avoir besoin durant le voyage.

Aviez-vous un permis de conduire international?

Nous avions demandé un permis de conduire international pour pouvoir louer les vans en Australie et en Nouvelle-Zélande. Et ils ont servi pour récupérer les véhicules dans les agences de location.

3. L’itinéraire

Quel pays avez-vous visité et pourquoi?

Nous avons visité : l’Afrique du Sud, Hong-Kong, le Japon, la Thaïlande, le Laos, le Vietnam, le Cambodge, Singapour, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, Hawaii, le Chili et l’ïle de Pâques, l’Argentine et le Brésil.

Nous voulions poser un pied sur chaque continent. Mais il nous manque quand même l’Antarctique. C’est un bon moyen de découvrir différentes cultures.



4. Le budget

Comment avez-vous financé le voyage?

Nous avons pris sur nos économies. Nous étions locataires avant de partir : un bon poing puisqu’en quittant la maison, nous n’avions plus de frais.

Du jour où nous avons décidé de partir, nous avons mis encore un peu d’argent de côté. À la fin, nous avons fait une sorte de « vide-grenier » pour revendre 2/3 des dernières choses.

Combien aviez-vous prévu pour le voyage?

Nous avions un budget d’environ 60 000 € pour 3 personnes, entre les billets d’avion, les logements et les dépenses courantes.

Quel a été le budget réel et qu’est-ce qui explique les différences?

Nous n’avons pas dépassé notre budget. Nous faisons notre « point budget » régulièrement puis nous adaptions les dépenses.

Avez-vous minimisé vos frais de retrait à l’étranger et, si oui, comment?

Nous avons regardé les frais de retrait à l’étranger de chaque banque française. Ensuite, nous avons choisi celle qui en avait le moins. Selon les pays, nous retirions plus de cash, dans d’autres, nous utilisions notre carte bleue.

Aviez-vous un abonnement ou des cartes pour l’hébergement ou les vols (fidélité, points, hostel, etc.)?

Nous avions une carte One World car tous nos billets d’avion étaient pris via ce groupe de compagnies aériennes. Mais ça ne nous a rien apporté.

Aviez-vous obtenus des commandites pour votre voyage, de l’équipement ou autres choses?

Non.

5. Sur la route

Quels moyens de transport avez-vous utilisé principalement durant le voyage?

Nous avons principalement utilisé l’avion pour les long-courriers et quelques vols intérieurs. Ensuite, nous nous déplacions en transports en commun locaux ou en voiture/van selon les destinations.

Quels types d’hébergement avez-vous utilisé durant le voyage?

Nous avons privilégié les guesthouses ou les logements AirBnB. À 3 personnes, une chambre en auberge de jeunesse nous revenait au même prix, voire moins chère, qu’une chambre d’hôtel ou de guesthouse.

Comment a été la vie de famille sur la route (la routine, l’éducation des enfants, etc.)?

C’est difficile au début de vivre 24h/24 7j/7 avec sa famille ! Mais on s’y fait… et on doit s’y faire, surtout quand on vit dans quelques mètres carrés (dans un van par exemple). Notre fille a adoré… au début. Ensuite, nous avons eu l’impression qu’elle faisait sa crise d’adolescence avant l’heure, en prenant plaisir à échanger avec d’autres personnes que nous!

Comment communiquiez-vous avec vos proches (l’internet, le cellulaire, la carte SIM internationale, etc.)?

Nous communiquions par mail et par Skype/Hangout/Facetime. Et nous avons envoyé quelques cartes postales comme à l’ancienne !

6. À la maison

Qu’avez-vous fait de votre maison ou appartement et pourquoi?

Nous avons laissé notre maison car nous étions locataires. Quand nous sommes partis, nous n’avions pas forcément envie de revenir au même point de départ. Un gros avantage pour pouvoir s’installer ailleurs à notre retour ou en cours de voyage (dommage que ce n’est pas été le cas).

Comment avez-vous géré vos affaires à distance (maison ou appartement, courrier, impôts, etc.)?

(Pour notre cas en France) Nous nous sommes fait « héberger » chez mes parents : tous les documents importants étaient envoyés à leur adresse (impôts, assurances, dernières factures…). Ce qui pouvait arriver par mail, arrivait directement sur nos boîtes mail. Merci à mes parents d’avoir géré 2/3 des choses quand nous étions à l’autre bout du monde !

Aviez-vous pris d’autres arrangements pour certains services (téléphone, RAMQ, procuration, etc.)?

Non.

Comment a été le retour à la maison et au travail?

Nous ne sommes pas retournés chez nous en arrivant. Nous avons fait un petit tour chez nos parents respectifs pour passer un coucou et récupérer les quelques affaires laissées avant le départ.

Le retour au travail a été très (trop ?) rapide pour Yannick qui a repris le travail à peine 15 jours après notre retour.

De mon côté, j’ai pris le temps : être disponible pour préparer la réinstallation (déménagement, administratif après le retour), voir comment se passait le retour de Maëwenn à l’école et réfléchir à ce que je voulais vraiment faire. J’ai fini par m’installer à mon compte et m’occuper des enfants, puisqu’un deuxième globe-trotter a fait son apparition l’année dernière!

7. Les bons coups et les moins bons

Quels ont été vos 5 indispensables dans votre valise durant le voyage?

Nos 5 indispensables : le passeport (mais je ne pense pas qu’il compte), l’appareil photo, la lampe frontale, le maillot de bain, un ensemble pantalon/tee-shirt/manteau/polaire et les lunettes de soleil.

Quels sont les plus beaux souvenirs de votre voyage et pourquoi?

Nos plus beaux souvenirs : l’observation des étoiles depuis le van en Australie et en Nouvelle-Zélande, les couchers de soleil de l’île de Pâques, la découverte de l’Afrique du Sud (une belle surprise) et du Japon (une sacrée culture), les rencontres du Laos…

Quel a été le pire souvenir de votre voyage et pourquoi?

Notre pire souvenir : Le passage de la frontière entre le Cambodge et la Thaïlande en bus. On nous avait « vendu » la possibilité de rallier Sihanoukville et Koh Rong dans la journée. Les 2 points n’étant pas très éloignés, nous avons décidé de partir… Et ce fût le début des problèmes : ils ont oublié de nous prendre à l’hôtel, nous ont déposés à une mauvaise station de bus (avant d’arriver à la bonne), nos sacs ont passé la frontière sans nous… Pour nous entendre dire à la frontière thaïlandaise que nous ne pourrions pas prendre le bateau, le dernier étant parti alors que nous passions la frontière ! Nous avons changé nos plans en changeant de destination finale (Pattaya) et changer 4 fois de voitures/taxi/mini-bus. Le tout en réservant un logement à Pattaya en cours de route (explosion du forfait internet en vue !) car nous avions réservé à l’autre arrivée. Bref, dur de ne pas savoir où l’on va, comment on y va et quand on arrivera. Le seul bon souvenir pour Maëwenn : la virée en scooter en arrivant à Pattaya pour rejoindre notre hôtel !

Avez-vous des trucs qui ont facilité certains aspects du voyage (pour les vols, l’hébergement, l’éducation, etc.)?

Les parents se posent souvent la question des jouets que l’on peut amener. Nous avions pour notre fille : quelques playmobils/figurines, un doudou, une poupée Barbie, 2/3 petits livres. Pour l’éducation, nous avions pris des cahiers de vacances pour travailler dans l’avion, les bus ou par temps de pluie. Une fois finis, nous les laissions sur place et on en achetait d’autres sur la route.

8. Si c’était à refaire

Si vous pouviez revenir en arrière, que feriez-vous différemment?

Non. Quand on y repense, nous ne pensons pas que nous aurions fait différemment.

En rétrospective, ce voyage a-t-il répondu à vos attentes?

Oui.

Qu’est-ce que les membres de la famille ont retiré de ce voyage?

On a apprécié de nous retrouver ensemble. Ce voyage a aussi permis de prendre du recul sur nos vies professionnelles très, voire trop, présentes et ainsi profiter plus de notre famille.

Pour notre fille, cela a permis de lui faire découvrir d’autres cultures, et qu’elle se rende compte que dans le monde il y a des enfants qui n’ont pas forcément sa chance.  

Seriez-vous prêts à repartir?

Oui. Et on a déjà une idée de l’itinéraire.

Un dernier conseil pour les familles qui veulent se lancer dans l’aventure?

Qu’elles n’hésitent pas. Ce n’est que du bonheur pour toute la famille. Cela fait partie des expériences que l’on vit en famille, que l’on partage en famille et dont on se souvient en famille.

Le texte est celui de la famille avec quelques ajustements de notre part.


L’histoire de cette famille vous a plu et vous voulez en savoir plus, nous vous invitons à consulter leur blogue ou page Facebook.

Vous n’êtes pas encore rassasié? Allez voir notre section Ils l’ont fait pour d’autres témoignages de familles ayant fait un tour du monde.

Si vous trouvez nos articles pertinents, aimez notre page Facebook ou abonnez-vous à notre infolettre.

Si vous êtes intéressés ou si vous connaissez une personne qui aimerait partager son témoignage, contactez-nous.

(Visité 56 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire