Vous aimez les choses fraîches? Eh bien, cette famille revient tout juste d’un périple autour de l’orange bleue comme ils le disent si bien. Ils ont fait l’Amérique d’un bout à l’autre dans un camping-car et ce pendant plus de deux ans. Ce qui est encore plus incroyable, c’est qu’ils sont partis avec deux enfants et ils sont revenus avec trois (plus un en cours de route!!!). Toute une aventure que je vous invite à découvrir dans ce témoignage de la famille Autour de l’orange bleue.


Dans cette série d’articles, vous découvrirez les récits de familles ayant fait un voyage au long cours. Nous espérons que ces portraits aideront à démystifier ce type de voyage pour les familles qui voudraient se lancer dans l’aventure. Nous ajouterons d’autres récits fréquemment. C’est souvent par l’exemple qu’on peut faire une différence. Alors si vous recherchez une dose de motivation ou le petit coup de pied dans le derrière qui manquait pour faire le saut, continuez à lire!


Autour de l’orange bleue – Témoignage d’une famille

  • Les membres de la famille et l’âge:
    Nous sommes une famille de 5 personnes. Maude, 7 ans (4 ans et demi au moment du départ), Camille, 4 ans (21 mois au moment du départ) et Aurore, 15 mois (pas née au moment du départ), les trois enfants de la famille et Pierre-Louis, 33 ans (30 au moment du départ) et Marion, 32 ans (29 au moment du départ).
  • Elle ressemble à quoi votre famille?
    Autour de l’orange bleue - Témoignage d’une famille 2Nous sommes une famille qui aime beaucoup les animaux, rencontrer d’autres personnes, nous mangeons végétalien. Avant de partir, nous étions dans une optique de vie écologique, bio, écoresponsable. Avec nos enfants, nous usons de bienveillance au maximum de nos capacités, nous sommes adeptes du maternage proximal et d’une vie alternative.
  • Le pays d’origine de la famille:
    Nous sommes tous Français mais Aurore, conçue pendant le voyage, est née en Colombie.
  • La date de début et la date de fin du voyage:
    Notre voyage a duré de mi-juin 2015 à début avril 2018. Nous espérons continuer à entretenir notre site et notre page avec des voyages plus petits (tour de France, voyage dans des pays d’Europe etc…).

1. La décision de partir

Qu’est-ce qui a été le déclencheur dans la décision de partir?

Nous étions à un moment de notre vie ou nous souhaitions changer de lieu de vie, mon mari voulait changer de travail. Nous avons donc commencé à chercher pour vendre notre appartement et chercher une maison mais une famille de très bons amis est partie s’installer à NYC. Nous souhaitions aller les voir mais nous ne souhaitions pas prendre un avion pour seulement 2 semaines. Nous voulions rentabiliser ce déplacement. Nous avons donc commencé par planifier un voyage sur la côte Est des USA, puis avons ajouté la côte Est du Canada puis la côte Ouest et la Louisiane. Au final, nous nous sommes vite retrouvés à planifier un voyage dans toute l’Amérique du Nord et Centrale car les cultures pré-colombiennes nous intéressaient beaucoup ainsi que les écosystèmes (faune et flore) des tropiques. Puis une chose en entraînant une autre, nous avons rajouté l’Amérique du Sud car, quitte à être sur ce continent autant en profiter non ? Ce n’est pas si loin (bon, maintenant, on sait que ben si c’est quand même grand et loin mais vu de France hein…).

Comment est arrivé le consensus familial?

Nous avons toujours été en phase dans le couple mais aussi avec les deux filles (à l’époque, Aurore n’était pas là) qui avaient très envie de découvrir plein de choses.

Quelle a été la réaction de l’entourage?

Certains proches n’ont pas été ravis de notre projet. Nous nous sommes heurtés à un rejet de notre voyage, des remarques pas très agréables, des tentatives pour nous dissuader mais aussi pour nous expliquer que notre vie allait être difficile. Ces personnes ont eu beaucoup de mal à accepter que l’on quitte tout (maison, voiture, travail etc…) car la société nous demande d’avoir un certain type de vie et gare à ceux qui y dérogent. Ces réactions nous ont fait du mal. D’autres nous ont jalousé (pas le type « waouh c’est génial, j’adorerais » mais plutôt « oui moi aussi si j’avais de l’argent je ferais ça, c’est facile pour vous »). Sinon, la réaction de la plupart des personnes a été globalement très encourageante, très sympa. Nous avons quand même eu beaucoup de réactions positives surtout de la part de nos amis.

Quelle a été la réaction des enfants?

Très bonne, voir plus haut!

Qu’avez-vous fait de vos emplois?

Avant de partir, je (Marion) ne travaillais plus ou plutôt mon travail consistait à m’occuper de mes filles. J’ai donc tout naturellement pu continuer mon travail en voyage. Pierre-Louis, lui, travaillait dans une société en tant qu’ingénieur en informatique. Il a commencé par poser 11 mois de sabbatique (le max) puis a fini par envoyer sa démission (depuis Las Vegas) pour continuer le voyage. Nous avions décidé d’un congé sabbatique au cas où le voyage ne nous conviendrait pas, cela nous permettait de rentrer si besoin et que Pierre-Louis ait une porte de secours. Finalement, cela ne nous a pas été utile puisque le voyage nous a plu et que nous l’avons continué.

2. Les préparatifs

Combien de temps avant le départ avez-vous débuté les préparatifs?

Nous avons pris la décision de partir environ 10 mois avant de partir réellement. Au début, nous avons surtout regardé le « comment » puis au fur et à mesure des lectures de blogs, de forums, nous avons affiné notre projet, pris des décisions.

Quel mode de transport avez-vous choisi pour vos grands déplacements?

Nous avons choisi d’acheter un camping-car que nous avons acquis 7 mois avant le départ avec pour but de le tester, de faire des aménagements pour pouvoir y accueillir des enfants en bas âge. Pour l’emmener sur le continent américain, nous l’avons mis sur un bateau et nous avons pris, de notre côté, l’avion. Nous avons fait quasiment tout notre voyage avec notre véhicule sauf la traversée du golfe de Darien (entre le Panama et la Colombie) où nous avons dû mettre le camion sur un bateau et où nous avons de nouveau pris l’avion. À part, une petite pause à Iquitos (Pérou) que nous avons rejointe en avion (la ville n’est accessible que par avion ou par bateau), nous n’avons quasiment jamais utilisé d’autres moyens de transport (parfois des bus). Afin de rentrer en France, nous avons pris des billets d’avion et décidé de laisser notre véhicule sur le continent en le vendant à une autre famille voyageuse. Nous avons été ravis d’avoir notre camping-car malgré parfois les temps de route dans les grands pays (USA, Chili, Argentine par exemple) mais en même temps ça nous a permis de découvrir parfois des endroits où on ne se serait pas arrêté.

Si applicable, quelle option avez-vous choisie pour vos billets d’avion et pourquoi?

Pour nos billets d’avion, nous avons juste pris des billets aller à chaque fois et nous avons guetté les meilleurs prix pour le temps le moins long (à peu de chose près), comme nous n’avions pas de date de retour avant notre départ, cela nous a été facile.

Quels vaccins avez-vous pris et pourquoi?

Aucun.

Avez-vous fait le plein d’équipement ou vous êtes partis avec ce que vous aviez déjà?

Nous avons mis pas mal d’équipements dans le véhicule au moment de la traversée vers Halifax. Nous avions des sièges autos, de barrières de lit (pour les enfants), des vélos, un bidon de kayak (pour faire la lessive si besoin) que nous n’avons utilisé que pour stocker des bricoles, une table valise et des chaises, beaucoup de jeux pour nos filles, beaucoup (trop) de livres (nous avons acheté des kindles à notre arrivée et à refaire, on ne prendrait pas autant de livres, ni de jeux bien qu’ils n’aient pas mal servi). Nous avons aussi pris de quoi bricoler et réparer, de quoi faire un peu d’entretien pour la partie mécanique (mais pas assez, on en prendrait plus si c’était à refaire).

Quel arrangement avez-vous pris pour l’école sur la route?

Concernant les activités « scolaires », nos filles n’étaient en âge légal d’obligation scolaire au moment du départ et seule notre grande l’est maintenant (instruction obligatoire à partir de 6 ans en France), nous avons juste choisi de faire l’instruction en famille (homeschooling au Canada) et avons récupéré quelques cahiers d’apprentissages (de France mais aussi au Canada, aux USA et dans les autres pays au fur et à mesure) et du matériel pédagogique que l’on avait déjà chez nous.

Quel type d’assurance vous avez utilisé, avec qui et pourquoi (santé, bagages, etc.)?

Nous avons pris l’assurance Chapka pendant la durée du séjour au Canada-USA que l’on a renouvelée pour la suite du voyage (moins cher sans Canada-USA). Après la naissance de notre dernière, nous n’avons pas renouvelée l’assurance. Nous avons trouvé l’assurance Chapka un peu chère et elle ne nous a servi qu’une fois pour se faire rembourser 100 euros. Pour l’assurance bagages (pour nos trajets en avion), nous avions l’assurance de notre carte VISA Premier car nous avons pris nos billets d’avion avec celle-ci.

Aviez-vous un permis de conduire international?

Nous avons demandé des permis internationaux et ils n’ont quasiment jamais servi. Ils n’ont servi que quelques fois en Argentine mais très rarement. Nous les avions fait faire au cas où on nous demande nos permis de conduire mais finalement en Amérique Latine, c’est assez rare. Souvent c’est plutôt le titre du véhicule (carte grise) ou le permis d’importation du véhicule (fait à la frontière terrestre).

3. L’itinéraire

Quel pays avez-vous visité et pourquoi?

Nous avons visité l’est du Canada, les USA, le Mexique, le Belize, le Guatemala, le Salvador, le Honduras, le Nicaragua, le Costa Rica, le Panama, la Colombie, l’Équateur, le Pérou, la Bolivie, le Chili et l’Argentine.



4. Le budget

Comment avez-vous financé le voyage?

Afin de partir, nous avons revendu notre appartement en France, revendu notre voiture et une grosse partie de nos biens (meubles etc…). Nous avons eu des donations (suite à des héritages) qui nous ont permis d’acheter le camping-car.

Combien aviez-vous prévu pour le voyage?

Nous avions prévu environ 60 euros par jour (pour 2 enfants et 2 adultes), hors prix des traversées et billets d’avion, sur 18 mois.

Quel a été le budget réel et qu’est-ce qui explique les différences?

Le budget réel a été plus faible pour les dépenses quotidiennes mais il nous a fallu rajouter des dépenses pour les réparations de notre véhicule et surtout nous sommes restés quasiment le double de temps sur le continent.

Avez-vous minimisé vos frais de retrait à l’étranger et, si oui, comment?

Avant de partir, nous avons regardé un peu les frais des banques sans se renseigner plus que ça. Nous avons surtout gardé notre banque qui nous offrait une carte MasterCard et ouvert un compte dans une banque en ligne (Boursorama) qui offrait une carte VISA Premier gratuite pour notre compte et qui proposait des tarifs intéressants pour les retraits et paiement à l’étranger. On aurait sûrement pu payer encore moins avec d’autres banques. Nous avons entendu parler après coup d’une banque allemande (N26 il me semble) ou de certaines banques qui faisaient payer la VISA Premier mais ne facturaient aucun frais pour les retraits et paiements à l’étranger.

Nous voulions surtout avoir une carte de chaque sorte (MasterCard et VISA) car dans certains pays, les MasterCards ne « passent » pas et dans d’autres ce sont plutôt les VISA qui ne « passent » pas. Tout dépend ensuite d’où le voyage se déroule mais par exemple dans les pays d’Amérique Centrale et le nord de l’Amérique du Sud (Colombie, Équateur, Pérou et Bolivie), la plupart des commerçants ne prennent pas les paiements par carte bancaire ainsi que dans les stations-service. Par contre, pour l’Argentine, une possibilité de paiements sans frais (ou à frais moindre) peut être intéressante car les retraits sont plafonnés et les banques argentines elles-même prennent des frais élevés, alors qu’il est dans ce pays possible de payer par carte aux stations-service (presque toutes) et dans pas mal de supermarchés et magasins (à demander avant toutefois).

Aviez-vous un abonnement ou des cartes pour l’hébergement ou les vols (fidélité, points, hostel, etc.)?

Nous n’avions pris aucun abonnement pour des hébergements ou des vols. La seule carte que nous avons prise est le pass des parcs nationaux pour les USA (80 USD pour une voiture avec jusqu’à 4 adultes, enfants gratuits). Nous savons qu’il est possible de prendre une carte de l’automobile club argentin pour obtenir des prix dans les campings ACA ainsi que peut-être dans certaines stations-service. Il est aussi possible de prendre un pass pour les parcs du Chili qui n’est toutefois pas valable pour la zone autour de San Pedro de Atacama, le parc Torres del Paine et il me semble un ou deux autres parcs, sachant que certains parcs sont accessibles gratuitement hors saison (de mi-décembre à fin février).

Aviez-vous obtenus des commandites pour votre voyage, de l’équipement ou autres choses?

Non.

5. Sur la route

Autour de l’orange bleue - Témoignage d’une famille - Sur la route

Quels moyens de transport avez-vous utilisé principalement durant le voyage?

Nous avons principalement utilisé notre véhicule lors de notre voyage mais parfois nous avons dû le mettre sur des ferrys, parfois nous l’avons garé sur des parkings pour prendre les transports en commun (bus et métros). Il nous est arrivé de prendre quelques avions mais très rarement.

Quels types d’hébergement avez-vous utilisé durant le voyage?

Comme nous avons voyagé avec notre véhicule dans lequel nous pouvions dormir, nous avons beaucoup dormi en sauvage (camping libre, ville, plage, etc…) et parfois en campings. Parfois, nous avons loué des hébergements avec AirBnb ou pris des hôtels pour quelques jours via Booking. Nous essayons de passer plutôt par AirBnb pour avoir un logement entier avec une cuisine pour ne pas devoir aller au restaurant à chaque repas (surtout que dans certains pays le soir une grosse partie des restaurants sont fermés) et pour pouvoir s’organiser avec les enfants comme on souhaite mais quand on n’en a que pour quelques jours (maximum 3) on cherche plutôt un hôtel, dans certains pays, certaines zones, il est possible de négocier la chambre (Aguas Calientes au Pérou) donc nous n’avons rien réservé par booking car les prix y étaient 3 à 4 fois plus chers sur le site qu’en y allant directement et en demandant.

Comment a été la vie de famille sur la route (la routine, l’éducation des enfants, etc.)?

Les activités scolaires n’ont pas toujours été faites régulièrement, en fait cela dépends si nous pouvons prendre le temps le matin ou pas, s’il y a une visite ou excursion de prévue ou si nous devons rouler. Quand nous roulons, c’est plus difficile. Si la route est belle, nous pouvons faire des activités, les filles peuvent écrire sans trop de problème, sur des pistes c’est impossible donc on évite. Par contre, nos filles se sont bien adaptées et nous avons fait au mieux pour garder les horaires classiques de notre vie en France même si en Argentine et au Chili (surtout très au Sud) en été, le soleil se couche tard, on se décale sans le vouloir et les enfants dorment moins bien. Nous avons aussi voyagé assez longtemps et avons fait évoluer les routines, les demandes, etc… au fur et à mesure que nos filles grandissaient.

Comment communiquiez-vous avec vos proches (l’internet, le cellulaire, la carte SIM internationale, etc.)?

Pour communiquer avec nos proches, nous avons commencé par utiliser Skype (principalement sur un ordinateur) au Canada et USA. Nous avions aussi une carte française avec un forfait qui nous permettait de communiquer sans frais supplémentaires depuis le Canada et les USA vers la France. Au fur et à mesure de notre descente vers le sud, nous avons eu de moins en moins souvent internet et donc les échanges se sont un peu espacés (les articles sur notre blog aussi). Nous avons rencontré des voyageurs qui utilisaient des cartes Sim prépayées avec un peu de forfait mais surtout Facebook et Whatsapp illimité. En Amérique centrale, nous n’avons pas vu vraiment l’intérêt car nous changions souvent de pays et bien souvent les cartes sim n’étaient pas compatibles d’un réseau à l’autre.

Arrivés en Colombie, pour la future naissance de notre dernière, nous avions besoin de deux cartes Sim et nous avions donc internet dans l’appartement que nous avons loué et Facebook, Twitter et Whatsapp illimité. Nous avons donc commencé à utiliser Whatsapp et à prendre des cartes Sim prépayés dans les différents pays d’Amérique du Sud (nous avons même échangé des cartes sim avec d’autres voyageurs). Avec Whatsapp, nous communiquions plus facilement parfois pour juste partager un moment de la vie quotidienne, parfois pour envoyer une photo de quelque chose de spectaculaire. Ça nous a beaucoup aidé pour planifier des visites de nos proches avec les messages vocaux ou pour faire participer les grands-parents aux premiers pas de notre dernière.

6. À la maison

Qu’avez-vous fait de votre maison ou appartement et pourquoi?

Avant de partir, nous avons vendu notre appartement, d’une part car nous voulions avoir le moins d’attaches possibles restantes en France, nous ne savions pas si nous reviendrions un jour (on devait revenir après 18 mois mais nous étions ouverts à la possibilité de revenir plus tard ou de ne pas revenir) mais nous avions eu quelques soucis avec notre appartement qui nous ont fait penser que gérer des soucis potentiels avec l’appartement, les communications avec le(s) locataire(s) et le syndic de copropriété le tout à distance et une connexion internet incertaine ne nous tentait pas vraiment. Dans notre cas, nous pensons que c’était un bon choix mais ça, ça dépend toujours de la situation.

Comment avez-vous géré vos affaires à distance (maison ou appartement, courrier, impôts, etc.)?

Nous avons donc vendu notre appartement, notre voiture, une grosse partie de nos meubles et affaires et mis le reste dans un box de 9m3 (leaderbox) pour lequel nous avons une facture électronique tous les mois. Nous avons choisi à l’avance un maximum de facture électronique (idem pour les impôts qui ne nous envoient plus que des mails). Nous gérons les déclarations d’impôts par internet, avons donné l’adresse de chez nos parents à un maximum d’organisation et fait une redirection d’adresse pour un an afin d’être sûrs de ne pas rater de courrier important. Nous avons donné pour instruction à nos parents d’ouvrir notre courrier et de nous scanner les courriers importants. Nous payons encore 4 euros pour nos cartes Sims françaises (nous avons changé de forfait en arrivant en Colombie) et avons résilié tous nos autres abonnements. Nous avons déclaré aux autorités notre changement d’adresse et lors du voyage, nous nous sommes inscrits sur les listes électorales de la ville de nos parents et fait des procurations pour les élections.

Aviez-vous pris d’autres arrangements pour certains services (téléphone, RAMQ, procuration, etc.)?

Tout est dans la réponse précédente.

Comment a été le retour à la maison et au travail?

Nous sommes rentrés en France et sommes actuellement en vadrouille, le temps de retrouver un appartement pour nous 5. Nous avons un peu de mal à nous réadapter à une vie plus classique et d’ailleurs nous ne souhaitons pas essayer de nous adapter mieux. On a envie de vadrouilles, de voyages mais aussi d’expatriations. Nous nous mettons la tête dans nos projets pour ne pas penser aux décalages entre nous et les non-voyageurs.

Nous n’avons pas de travail réel pour le moment, étant donné que nous planifions une expatriation d’ici moins d’un an, nous ne savons pas encore ce que nous allons faire (trouver un travail ou non par exemple). Nous savons qu’une fois notre expatriation faite, mon mari retournera au travail et nous espérons que cela se passera bien. Nous savons une chose : c’est que si ça ne va pas, on changera plus facilement que la première fois

7. Les bons coups et les moins bons

Quels ont été vos 5 indispensables dans votre valise durant le voyage?

Kindle, disques durs, appareils photos, lâcher prise et cartes de visite.

Quels sont les plus beaux souvenirs de votre voyage et pourquoi?

Nos plus beaux souvenirs vont commencer par le plus beau, le plus envahissant, le plus bruyant, j’ai nommée notre dernière fille qui est née en Colombie. Comme me disait Pierre-Louis il y a quelques jours : « Au moins, on ne risque pas de l’oublier ce voyage, on va ramener le plus beau souvenir qu’on aurait pu espérer ».

Sinon, les souvenirs de nos rencontres avec tous nos copains, les visites de nos parents et finalement tout (ou presque tout) ce qu’on a pu voir (J’ai toujours eu du mal à choisir).

Quel a été le pire souvenir de votre voyage et pourquoi?

Je crois sans hésiter que le pire souvenir pour nous sera quand notre véhicule s’est couché sur le côté en pleine montagne à 5000m d’altitude. Plus d’oxygène, une marche arrière, on évite le ravin mais pas le renversement. Même si on a fait la part des choses depuis, qu’on réussit à en rire, sur le moment on ne faisait pas les fiers. Maintenant on est plus philosophes.

Avez-vous des trucs qui ont facilité certains aspects du voyage (pour les vols, l’hébergement, l’éducation, etc.)?

Nous avons essayé de pratiquer le plus possible le lâcher prise, sinon le fait d’essayer de ne pas stresser et de voir au maximum au jour le jour les choses (dans la mesure du possible bien entendu).

8. Si c’était à refaire

Si vous pouviez revenir en arrière, que feriez-vous différemment?

Si c’était à refaire, on emmènerait moins de choses (moins de livres pour privilégier les liseuses électroniques, un peu moins de jeux), on prendrait plus notre temps à certains endroits et on ferait peut-être des pauses ou des retours en France. Ça nous a manqué je crois et maintenant que le voyage se termine on s’en rend compte. Un peu plus d’extras, prendre un hôtel ou un AirBnb de temps en temps, essayer de prendre plus le temps d’une manière générale. Parfois nous nous sommes pressés à cause de délais (personnes qui venaient nous voir, envie de passer des fêtes quelque part, etc…) et ça nous a épuisés, énervés. Sinon, nous n’avons pas beaucoup de regrets sur ce qu’on n’a pas fait, on se dit toujours « ce n’est pas grave, ce sera pour une autre fois, un autre voyage ».

En rétrospective, ce voyage a-t-il répondu à vos attentes?

Ce voyage nous a permis de nous ouvrir beaucoup plus aux autres, de prendre des initiatives sur des petites choses, de se prendre en main pour oser aller vers les autres. Cela nous a montré qu’on était capable d’apprendre énormément, Pierre-Louis a appris l’espagnol et le parle très bien. On s’est rendu compte qu’on aime beaucoup être ensemble, en famille et que même si quand on est fâchés les uns contre les autres on dit qu’on a envie de reprendre une vie « normale », on serait tristes de ne plus être ensemble aussi souvent. Mon mari a pu voir ses deux grandes filles grandir, apprendre plein de choses, passer du temps avec elles. Pour la petite dernière, il a vu l’évolution de certains apprentissages à côté desquels il était passé pour les deux plus grandes.

Qu’est-ce que les membres de la famille ont retiré de ce voyage?

Nous avons aussi fait beaucoup de rencontres et ce voyage a dépassé nos espérances. Nous avons fait de très belles rencontres et en quantité. Nous avons vu des choses incroyables et parfois inconnues, fait le plein de photos souvenirs, dans notre appareil-photo mais aussi et surtout dans nos têtes, fait le plein de paysages, de personnes, de monuments/sites archéologiques, d’animaux. Nos filles ont adoré voir des animaux sauvages en vrai et pas dans des zoos, dans des cages. Elles ont appris à apprécier les paysages, les sites, le calme, l’air pur des montagnes ou de la mer. Nos filles ont appris à parler espagnol, elles le comprennent, la grande le parle très bien, la moyenne le parle bien mais elle doit encore débloquer certaines choses.

Seriez-vous prêts à repartir?

Nous ne sommes pas prêts à repartir, en tout cas, pas tout de suite. Notre voyage a duré presque trois ans, du pur bonheur et on le referait sans hésiter mais pour le moment, nous avons besoin d’une pause dans le voyage, de vacances (oui, oui, le voyage ce n’est pas des vacances). Nos vacances à nous, ça va être de retourner voir nos familles, nos amis, faire le plein de moments avec eux, profiter d’une vie dans une maison, sédentaire pendant un certain temps… Et puis, qui sait, dans quelques mois, quelques années, nous repartirons. Nous avons dans la tête plein de projets et pour beaucoup ce sont des projets de voyages.

Un dernier conseil pour les familles qui veulent se lancer dans l’aventure?

Partez maintenant, n’attendez pas ! Le voyage c’est comme tout projet, comme avoir des enfants, comme acheter une maison… Il n’y a jamais de bon moment, il y aura toujours quelque chose qui n’ira pas. Partez, sautez le pas, sortez de votre zone de confort et vous trouverez tellement mieux ! N’attendez pas trop longtemps car sinon vous attendrez éternellement.

Ne planifiez pas trop, vivez votre voyage au maximum.

Le texte est celui de la famille avec quelques ajustements de notre part.


L’histoire de cette famille vous a plu et vous voulez en savoir plus, nous vous invitons à consulter leur blogue ou page Facebook.

Vous n’êtes pas encore rassasié? Allez voir notre section Ils l’ont fait pour d’autres témoignages de familles ayant fait un tour du monde.

Si vous trouvez nos articles pertinents, aimez notre page Facebook ou abonnez-vous à notre infolettre.

Si vous êtes intéressés ou si vous connaissez une personne qui aimerait partager son témoignage, contactez-nous.

(Visité 789 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.