D’entrepreneur à nomades digitales. Depuis 2013, la famille Nomade Digitale parcours le monde tout en travaillant. De mois en mois, elle élue domicile dans des logements AirBnB de différents pays. Un mode de vie que la famille a insufflé à leur garçon et qu’elle n’est pas prêt de changer de sitôt.


Dans cette série d’articles, vous découvrirez les récits de familles ayant fait un voyage au long cours. Nous espérons que ces portraits aideront à démystifier ce type de voyage pour les familles qui voudraient se lancer dans l’aventure. Nous ajouterons d’autres récits fréquemment. C’est souvent par l’exemple qu’on peut faire une différence. Alors si vous recherchez une dose de motivation ou le petit coup de pied dans le derrière qui manquait pour faire le saut, continuez à lire!


Famille Nomade Digitale – Témoignage d’une famille

  • Les membres de la famille et l’âge:
    Christine (44 ans), Patrice (44 ans) et Logan (13 ans) au moment du départ en 2013.
  • Elle ressemble à quoi votre famille?
    Nous nous sommes rencontrés à l’âge de 19 ans. Nous avons évolué ensemble et avons fini par avoir les mêmes aspirations de liberté. C’est tout naturellement que nous avons commencé par travailler en couple. Nous sommes un peu « geek » dans notre famille. Et Logan a grandi au milieu des ordinateurs et des consoles de jeux. Patrice aimant la programmation, il a insufflé à Logan la même passion pour les lignes de code. Dès ses 12 ans, notre fils s’est intéressé aux différents langages de programmation et au développement d’applications pour mobiles. À 15 ans, il a commencé à créer des jeux pour mobiles (Tiny Marb’) puis des applications pour mobiles dont LEE (une application d’aide aux malvoyants) et Romance, l’application qui déclare votre flamme.  Il souhaite créer son entreprise dans ce domaine-là.
  • Le pays d’origine de la famille:
    Nous sommes originaires du sud de la France.
  • La date de début et la date de fin du voyage:
    Nous sommes partis le 31 juillet 2013. Le voyage longue durée est devenu notre mode de vie, il n’y pas de retour à la vie sédentaire de prévu.

1. La décision de partir

Qu’est-ce qui a été le déclencheur dans la décision de partir?

Co-gérants d’une entreprise (e-commerce) depuis 2005, nous nous rendons compte que même si nous travaillons de chez nous, dans un cadre très agréable – villa avec piscine dans un petit village Varois – nous passons trop de temps à travailler. La tête dans le guidon comme beaucoup d’entrepreneurs nous ne profitons pas suffisamment de notre vie de famille. Nos dernières vacances remontaient à 3 ans. Nous avions fait de beaux voyages hors Europe : le Japon, le Québec, les USA et l’envie de nouveaux horizons nous titillait. Notre fils grandissait et nous ne rajeunissions pas. Il était peut-être temps pour nous de changer de vie et de profiter du monde qui nous entoure.

Comment est arrivé le consensus familial?

Assez facilement. Après avoir réfléchi comment mettre en place notre projet nous en avons discuté avec Logan.

Quelle a été la réaction de l’entourage?

Notre cercle familial est très réduit et nos amis les plus proches n’ont pas vraiment été surpris par notre décision. Ils savent que nous sommes posés et très réfléchis. Il ne s’agissait pas d’un coup de tête ou de la crise de la quarantaine. Mais bien d’un projet de vie.

Quelle a été la réaction des enfants?

Ce qui compte pour un enfant c’est d’être avec ses parents. L’idée de partager plus de moments ensemble ne pouvait que plaire à notre fils. Logan a été emballé par ce projet.

Qu’avez-vous fait de vos emplois?

Nous avions un travail qui se faisait à distance, uniquement par internet. Nous pouvions travailler de n’importe où dans le monde. Tout ce qui comptait c’était d’avoir une bonne connexion internet. Faire le choix de devenir nomades et de gérer notre activité tout en voyageant était tout à fait réalisable. Et c’est ce que nous avons mis en place.

2. Les préparatifs

Combien de temps avant le départ avez-vous débuté les préparatifs?

C’est fin 2012, que l’idée de devenir nomades digitaux en famille a pris forme. Il nous a fallu 7 mois pour tout mettre en place, trouver les solutions adaptées à notre future situation et partir.

Quel mode de transport avez-vous choisi pour vos grands déplacements?

Au commencement ce fut en voiture. Ce moyen de transport était rassurant. Cela nous permettait aussi d’emporter avec nous plus d’affaires personnelles. À présent, que nous n’utilisons plus ce moyen de transport, nous réalisons qu’il nous permettait de conserver une certaine zone de confort et de sécurité. Si nous avions un jour un problème avec un logement nous pouvions toujours trouver refuge dans la voiture. À présent, nous n’avons plus de voiture et voyageons en avion, train et bus. Cela nous permet, en définitive, d’être encore plus libre, de ne pas nous faire de soucis pour ce bien matériel et d’être encore plus ouvert au voyage.

Si applicable, quelle option avez-vous choisie pour vos billets d’avion et pourquoi?

Nous prenons un aller simple pour une destination puis voyageons de pays en pays au gré de nos envies et de nos finances. L’avion est un peu contraignant et peut plomber notre budget pour de longues distances. Il faut être à l’affut des promos. Pour des destinations lointaines comme l’Asie du Sud-Est, où nous nous trouvons pour plusieurs mois, l’avion reste la meilleure solution pour nous.

Quels vaccins avez-vous pris et pourquoi?

Nous avons, tous les 3, les vaccins obligatoires mais avons préféré prendre certaines précautions avant de nous envoler pour l’Asie du Sud-Est. Lors d’une halte en France, nous avons fait les vaccins contre l’hépatite A et la fièvre typhoïde conseillés par notre médecin traitant au vu de nos futures destinations et de notre mode de voyage.

Avez-vous fait le plein d’équipement ou vous êtes partis avec ce que vous aviez déjà?

Avant le départ en 2013, nous avons fait un grand tri. Nous avons tout vendu et donné afin de ne conserver que l’essentiel. En faisant le choix de devenir nomades, une vie plus minimaliste s’imposait à nous. Bien sûr, au départ, avec notre voiture, nous avons eu tendance à nous charger inutilement. C’est au fil des mois, que nous nous sommes rendu compte de l’utilité ou pas, de certaines affaires. Nous nous en sommes délestés au fil des années. À présent, en voyageant en avion, nous avons encore plus réduit nos affaires personnelles.

Quel arrangement avez-vous pris pour l’école sur la route?

Nous avions fait le choix avant que notre fils Logan n’entre en classe de CE2 de faire l’école à la maison. Un choix éducatif qui nous trottait dans la tête depuis quelques années déjà. Lorsque nous avons changé de vie cela faisait déjà 5 ans que Logan suivait des cours par correspondance. La continuité en voyageant s’est faite tout naturellement.

Quel type d’assurance vous avez utilisé, avec qui et pourquoi (santé, bagages, etc.)?

Pour l’Europe, nous avons notre carte Européenne d’Assurance Maladie (CEAM) qui nous couvre en tant qu’affiliés à la Sécurité Sociale.

Pour les 3 premiers mois en Asie du Sud-Est nous avions l’assurance liée à nos cartes bancaires.

Pour la suite, nous sommes en train de contracter une assurance Marco Polo d’AVI qui semble le meilleur choix.

Aviez-vous un permis de conduire international?

Nous en avons un mais, pour le moment, il ne nous a pas servi.

3. L’itinéraire

Quel pays avez-vous visité et pourquoi?

Lorsque nous avons décidé de voyager sur le long terme, nous avons voulu tout d’abord tester notre logistique. Nous voulions nous assurer que nous pourrions travailler à distance de n’importe où dans le monde. Par sécurité, nous avons débuté par plusieurs mois dans différentes régions de France. Notre organisation pour gérer notre travail à distance se passant bien, nous nous sommes peu à peu éloignés de la France.

Nous avons commencé par le Maroc (en avion). C’était notre premier test à l’étranger et il s’est avéré concluant. Nous n’avions alors quasi plus de limites pour nos futures destinations. Simplement la contrainte d’avoir une connexion internet de bonne qualité pour travailler à distance.

Le choix des pays s’est fait au feeling. En privilégiant, lorsque nous étions en voiture, la proximité avec la France.

Ce fut alors la découverte de plusieurs pays pour une durée allant de 1 à 4 mois pour certains.

Maroc, Espagne, Portugal, Italie, Croatie, Hongrie, Bulgarie, Grèce.

Entrecoupés, d’un passage en France d’une durée de 2 à 4 mois par an pour raison professionnelle ou lorsque nous devons refaire nos documents de voyage, pour un suivi médical, etc.

À présent, c’est notre besoin de découvrir d’autres continents qui nous motive. Cela débute par l’Asie du Sud-Est pour au moins 1 an à travers plusieurs pays : Thaïlande, Vietnam et Malaisie pour débuter. Nous sommes de retour en Thaïlande pour 3 mois (février/mai) et nous laisserons guider par nos envies pour la suite.



4. Le budget

Comment avez-vous financé le voyage?

Nous n’avions aucune économie de départ. Nos voyages sont financés par nos revenus en ligne.

Nous choisissons nos destinations en fonction d’eux. En janvier 2017, nous avons dû fermer notre entreprise après presque 11 ans d’existence. Il s’agissait d’une boutique en ligne. Cela aurait pu nous pousser à stopper notre vie nomade, mais il nous était impossible de renoncer à ce mode de vie. Nous avons alors cherché des solutions pour avoir des revenus en ligne pour poursuivre notre aventure de famille nomade digitale à travers le monde. La rédaction web est une activité qui se prête parfaitement au nomadisme. C’est ce que nous faisons depuis mars 2017 et cela génère assez de revenus chaque mois pour financer notre quotidien, ceci grâce à la plateforme de micro-services 5euros.com.

Combien aviez-vous prévu pour le voyage?

On n’avait pas vraiment prévu de budget car nous avions déjà fait le calcul que la vie ne serait pas forcément plus chère. Le voyage étant à présent notre mode de vie, nous calculons au plus juste afin de ne pas faire trop de dépenses. Mais nous nous rendons compte que notre manière de consommer a changé. Nous pouvons nous permettre plus de sorties et nous vivons bien mieux que dans notre vie d’avant, pour un budget souvent plus bas qu’une vie sédentaire.

Quel a été le budget réel et qu’est-ce qui explique les différences?

Comme nous le démontrions dans un article, un logement par Airbnb nous coûte, au final, moins cher qu’un logement sédentaire ! Cela surprend souvent mais en adaptant le lieu de vie à votre budget, au lieu du contraire, vous pouvez mieux équilibrer vos finances. Quoi qu’il arrive, dans une vie sédentaire, vous avez le même loyer ou crédit, l’edf, les taxes, l’entretien, le fuel, les abonnements, l’équipement… Même si, un mois, vous avez moins d’argent, vous ne pouvez que vous endetter. Alors que, par notre vie nomade, on peut choisir un logement moins cher, dans un pays moins cher et on n’a pas à se préoccuper de tous les frais inhérents au logement. Du coup, selon les revenus en cours, nous pouvons plus ou moins nous faire plaisir mais nous ne retrouvons pas en négatif.

Avez-vous minimisé vos frais de retrait à l’étranger et, si oui, comment?

Par précaution, nous voyageons avec plusieurs cartes bancaires. Au cas où l’une d’entre elles serait bloquée/perdue/volée ou ne serait pas acceptée par l’ATM. En fonction du pays où nous sommes, nous privilégions celles qui ne mettent aucun frais lors d’un retrait ou de son utilisation, comme N26. En Asie, par contre, il y a des frais fixes au moment des retraits inévitables. Par exemple, au Vietnam : les retraits sont souvent plafonnés à 77 euros …

Ce qui nous oblige à retirer plus que de coutume afin d’avoir suffisamment d’espèces sur nous pour payer lorsque la CB n’est pas acceptée.

Aviez-vous un abonnement ou des cartes pour l’hébergement ou les vols (fidélité, points, hostel, etc.)?

Nous n’avons aucun abonnement ou carte de fidélité. On y pense à chaque fois (pour les Miles) et on oublie ou on ne prend pas le temps de le faire. 😊

Aviez-vous obtenus des commandites pour votre voyage, de l’équipement ou autres choses?

Nous n’avions pas cherché de sponsors ou de partenariats. Ça aussi il faudrait qu’on s’y mette sérieusement !

5. Sur la route

Quels moyens de transport avez-vous utilisé principalement durant le voyage?

Pendant plus de 3 ans, ce fut la voiture. À présent c’est l’avion, le train et le bus. Pour les vols, nous utilisons des comparateurs et choisissons la prochaine destination en fonction d’une promo intéressante.

Quels types d’hébergement avez-vous utilisé durant le voyage?

Depuis notre départ en 2013, nous utilisons presque exclusivement la location d’un logement via la plateforme Airbnb. C’est l’hébergement le plus adapté quand on souhaite travailler à distance. Tout est compris dans le loyer : edf, eau, internet. Nous louons au minimum pour une durée d’un mois. Cela nous permet de négocier un peu le prix du logement avec le propriétaire et de rester dans le budget mensuel que nous nous sommes fixés pour le loyer (600/700 euros). Si celui-ci est un peu plus élevé, nous rééquilibrons le mois suivant avec un logement moins cher et dans un pays où le coût de la vie est plus bas. Nous choisissons un logement avec 2 chambres, proche du centre-ville ou – au moins – bien fourni en transports en commun. Ceci afin de pouvoir nous déplacer et visiter plus facilement notre environnement temporaire.

Comment a été la vie de famille sur la route (la routine, l’éducation des enfants, etc.)?

C’est une vie enrichissante pour chacun d’entre nous. Au fil des pays que nous découvrons, des rencontres que nous faisons, nous apprenons beaucoup de nous. Nous évoluons vers notre équilibre personnel et familial. Quand on vit ainsi, la routine est totalement bannie. Notre environnement de travail change quasi tous les mois. Nous avons subi pendant longtemps le stress lié à notre travail, ce qui avait forcément une incidence néfaste sur notre couple, notre vie de famille. Bien sûr, tout n’est pas rose tous les jours. Car vivre 24h, 7 jours sur 7, ensemble peut devenir pesant. Alors nous cherchons des solutions pour que chacun puisse trouver du temps pour soi et un peu d’isolement.

Comment communiquiez-vous avec vos proches (l’internet, le cellulaire, la carte SIM internationale, etc.)?

Skype et WhatsApp sont les outils de communication les plus simples pour garder le contact avec les proches.

6. À la maison

Qu’avez-vous fait de votre maison ou appartement et pourquoi?

Nous étions locataires d’une villa dans un joli village du Var. Nous avons rendu les clefs le jour de notre départ. Et cela sans aucun regret.

Comment avez-vous géré vos affaires à distance (maison ou appartement, courrier, impôts, etc.)?

Nous avons numérisé tous nos documents. Nous avons choisi de donner l’adresse d’un membre de notre famille comme adresse de réception de notre courrier. Nous en recevons peu car, de nos jours, il est possible de tout dématérialiser (relevés bancaires, impôts, etc.). Mais, si nous en recevons, il est scanné puis envoyé sur un espace de stockage en ligne (Dropbox) auquel nous pouvons accéder à tout moment.

Si nous dévons expédier un courrier ou y répondre, nous avons installés Google Print, un outil qui nous permet d’imprimer à distance. Nous avons laissé une imprimante chez la personne qui se charge de poster le courrier pour qu’il s’imprime chez lui.

Aviez-vous pris d’autres arrangements pour certains services (téléphone, RAMQ, procuration, etc.)?

Nous avons juste conservé nos lignes de portables pour nos voyages en Europe. Mais aussi pour les banques qui peuvent envoyer un SMS lors de certaines opérations bancaires.

Comment a été le retour à la maison et au travail?

Quel retour ? 😊

7. Les bons coups et les moins bons

Quels ont été vos 5 indispensables dans votre valise durant le voyage?

Bien évidemment nos outils de travail : nos ordinateurs, un iPad, un disque dur, un iPhone avec toutes les applications utiles pour bien voyager et une trousse à pharmacie pour les premiers soins.

Quels sont les plus beaux souvenirs de votre voyage et pourquoi?

Les rencontres faites au cours de nos voyages. Certaines sont devenues de belles amitiés. Nous nous sommes même créé une nouvelle famille en Espagne.

Quel a été le pire souvenir de votre voyage et pourquoi?

Notre pire souvenir remonte à décembre 2017. Il est donc très récent et le seul depuis 2013 qui a chamboulé la vision que nous nous faisions du voyage. Nous étions au Vietnam pour 1 mois. Dans le sud, à Vung Tau, une petite station balnéaire. Le logement, tout d’abord, ne correspondait pas réellement à ce que nous avions réservé. Ce fut une déception mais nous avons essayé de la surmonter. Son emplacement était isolé et sans attrait excepté une plage et un restaurant qui fermait à 18h. Nous avions du mal à nous déplacer en taxi ou en Uber, car les chauffeurs avaient tendance à vouloir nous extorquer plus d’argent que la normale. Cela devenait pénible de toujours devoir négocier avec des personnes très froides et peu sympathiques. Les visages souriants et avenants étaient rares et mise à part notre propriétaire (très sympathique heureusement) nous avions peu de contacts sympathiques avec des Vietnamiens. Mais ce fut surtout Ho Chi Min Ville (Saigon) qui est à l’origine de notre mauvaise expérience. Nous y sommes restés 3 nuits à l’hôtel, puis y sommes retournés pour une demande de visa au consulat de la Thaïlande. C’est une ville très bruyante et énormément polluée en raison des scooters et motos qui circulent continuellement. Nous aimons découvrir une ville à pied, flâner le nez en l’air, ce qui est impossible à HCMV. Les trottoirs sont souvent encombrés et marcher sur le bord de la route requiert une certaine vigilance. Bref, nous ne nous sentions pas à l’aise dans cette ville.

Et puis, 4 jours avant Noël, nous y avons subi le vol à l’arraché de notre téléphone. Cela s’est produit devant le consulat de Thaïlande, par un homme en scooter sur le trottoir. Il est fréquent que les motos roulent sur le trottoir et cela est un peu déstabilisant quand on n’a pas l’habitude. Il est passé entre mon mari et notre fils et lui a arraché le téléphone qu’il tenait à la main. Nous avons eu du mal à trouver le poste de Police le plus proche, les locaux n’apportant aucune aide. Sans compter, le temps perdu lors du dépôt de plainte qui, nous le savions, serait classée sans suite. Ce téléphone était allumé au moment du vol et contenait de nombreuses informations dont nos cartes bancaires. Fort heureusement, nous avons pu le bloquer à distance pour le rendre inutilisable pour notre voleur. À quelques jours de Noël cela nous avait mis le moral à zéro. Nous avions hâte de quitter le pays. Cet évènement nous a poussé à devenir plus méfiant et sur nos gardes. Un état d’esprit qui ne nous correspond pas. Nous avons toujours été prudents au fil des ans, mais l’esprit du voyage nous pousse à être ouverts. C’est naïf, on le sait, mais si l’on doit se méfier de tout, cela gâche quand même la découverte.

Pour dépasser cela, nous réfléchissons à comment nous sécuriser encore plus en voyage pour profiter sans crainte et sans arrière-pensées de nos futures destinations. Nous regrettons de garder un aussi mauvais souvenir d’un pays, mais je pense que cela fait aussi partie de notre aventure. Heureusement, les derniers jours au Vietnam ont, quand même, été un peu mieux.

Avez-vous des trucs qui ont facilité certains aspects du voyage (pour les vols, l’hébergement, l’éducation, etc.)?

Notre logistique au niveau de la préparation et de la recherche des vols et des logements s’est améliorée. Même si cela demande pas mal de temps de recherche. Pour les vols en Europe, nous utilisons beaucoup un comparateur de vols (Skyscanner) en mettant notre ville de départ puis «partout dans le monde». Nous accédons à plusieurs destinations et choisissons selon notre envie du moment et le prix le plus bas.

Pour la location de logement : louer pour un mois, voire plus longtemps, permet de négocier une baisse du prix initial. C’est ce que nous faisons depuis le début et cela a toujours fonctionné. Il faut, bien évidemment prendre en compte qu’en haute saison dans certaines villes cela sera plus difficile de rester dans son budget. À moins d’opter pour une petite ville ou un village, mais il faudra alors prendre en compte les frais de déplacement plus fréquents.

Pour la scolarité en ligne, nous avions mis en place un calendrier de suivi des devoirs sur Trello en différenciant les matières. Logan y indiquait les devoirs à envoyer et les changeait de colonne lorsque cela était fait. Puis, il passait dans une autre colonne quand le devoir avait été noté. Cela nous permettait de suivre plus facilement le planning et de vérifier un retard éventuel sur un envoi. Les cours par correspondance demandent une certaine rigueur et une bonne organisation afin que cela fonctionne.

8. Si c’était à refaire

Si vous pouviez revenir en arrière, que feriez-vous différemment?

Rien. Tout ce que nous avons vécu, bon ou mauvais, nous sert pour avancer et devenir une meilleure version de nous-même.

En rétrospective, ce voyage a-t-il répondu à vos attentes?

Bien plus encore. Lorsque nous sommes partis en 2013, nous n’avions aucune certitude sur l’évolution de notre vie nomade. Ce style de vie nous changé.  Forcément, nous évoluons différemment. Nos attentes ne sont plus les mêmes. Dans notre vie d’avant, avoir une belle maison, une belle voiture, était dans l’ordre des choses. À présent, nous voulons juste profiter de la vie, vivre de beaux moments, faire de belles rencontres, réaliser nos rêves, pour ne jamais rien regretter.  C’est devenu notre essence. Notre crédo est « Être plutôt qu’avoir », cela résume plutôt bien notre état d’esprit.

Qu’est-ce que les membres de la famille ont retiré de ce voyage?

De la confiance en soi, le goût de la liberté. La certitude que tout dépend de chacun pour devenir ce qu’il veut devenir.

Seriez-vous prêts à repartir?

Nous ne sommes surtout pas prêts de rentrer ! 😉

Un dernier conseil pour les familles qui veulent se lancer dans l’aventure?

Il existe des tas de façons de voyager, à vous de trouver celle qui correspond le mieux à votre famille, votre état d’esprit, vos valeurs. Le plus important, c’est de trouver en soi et au sein de sa famille, les ressources suffisantes pour vivre son rêve à fond. La vie est courte, autant en profiter un maximum !

Le texte est celui de la famille avec quelques ajustements de notre part.


L’histoire de cette famille vous a plu et vous voulez en savoir plus, nous vous invitons à consulter leur blogue ou page Facebook.

Vous n’êtes pas encore rassasié? Allez voir notre section Ils l’ont fait pour d’autres témoignages de familles ayant fait un tour du monde.

Si vous trouvez nos articles pertinents, aimez notre page Facebook ou abonnez-vous à notre infolettre.

Si vous êtes intéressés ou si vous connaissez une personne qui aimerait partager son témoignage, contactez-nous.

(Visité 157 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.