Suite à notre introduction au Chili et malgré la pluie annoncée, nous étions bien contents de prendre une petite pause pour visiter la mythique Île de Pâââques (mettre beaucoup d’emphase sur le â). Nous avions six jours pour visiter une île qui est somme toute assez petite. Deux ou trois jours de pluie ne seront pas la fin du monde. Nous nous étions également donné un objectif de trouver la fameuse « Rapa Nui pool ». Oui, une de nos stratégies pour intéresser les enfants à notre voyage avait été d’écouter en famille l’émission « Spot de baignade secret » qui fait découvrir des endroits secrets pour se baigner à travers le monde. L’un de ceux qui avait marqué les enfants était justement Rapa Nui pool. Ce serait donc notre quête des prochains jours.

Jour 1 – De l’eau à perte de vue, mais …

Après une petite épicerie afin de compléter nos provisions que nous trimballions depuis Santiago (l’île étant isolée au milieu du Pacifique, les denrées alimentaires sont beaucoup plus chères que sur le continent. Mieux vaut emporter des provisions), nous décidons d’aller voir le spot de baignade municipale et nos premiers Moai.

À partir du village, il suffit de descendre vers la mer pour trouver l’accès ouvert à tous pour la baignade. Un peu décevant pour une île puisqu’il ne s’agit pas d’une plage, mais plutôt d’une garde-robe (une minuscule micro-plage) de sable dans un lagon artificiel pour protéger des vagues. Rien de super agréable et sécuritaire pour les enfants. Heureusement, ça en prends plus pour décourager nos enfants qui se sont baignés tout habillé en se laissant éclabousser par les vagues que se fracassaient sur les remparts. Les enfants étaient comblés et les parents entrevoyaient la joie du prochain lavage avec des vêtements plein de sel.

Île de Pâques - À la recherche de Rapa Nui pool - À l’eau
Comment se baigner sans se baigner?

Pour ceux qui ne l’auraient pas encore deviné, l’île de Pâques est en fait … une île. 😉 Et de par cette définition, elle est entourée d’eau. C’est en regardant la côte de chaque côté de nous avons compris que notre recherche de Rapa Nui pool serait ardue. L’île de Pâques loin d’être une île avec des tonnes de plages, est plutôt une île avec des falaises à perte de vue. Magnifiques à parcourir et contempler, mais moins pratique quand vous cherchez une piscine naturelle. Il y en a des centaines et chaque mouvement de marée en crée des nouvelles. Notre quête en sera toute une! Pour l’instant, nous laissons cette quête de côté pour se tourner vers un objectif plus facile: les Moai.

Île de Pâques - À la recherche de Rapa Nui pool - Paysage
Des paysages magnifiques
Île de Pâques - À la recherche de Rapa Nui pool - Les falaises
Des falaises en voulez-vous en v’là

Question de sécher un peu les vêtements des enfants, nous décidons de longer le bord du petit port où nous avons la chance d’entrevoir des jolies petites, mais quand même, grosses tortues de mer. En plus, elles n’étaient pas seules puisqu’il y avait aussi un « puffer fish », c’est fameux poisson qui gonfle pour se défendre. Des petites découvertes agréables sur le chemin de nos premières statues.

Île de Pâques - À la recherche de Rapa Nui pool - Le petit port
Le petit port où vous pouvez voir des tortues de mer

Les Moai ne furent pas difficiles à trouver puisqu’il y en a presque partout sur l’île et comble de chance, notre hotel était à quelques minutes à pied d’un premier site d’intérêt: Ahu Tahai. Loin d’être le plus impressionnant, ce site vous donne quand même un très bon aperçu de l’aura mystique que les précédents voyageurs nous avaient raconté à travers leurs blogues. Nous étions déjà conquis et en plus, le site était directement sur le coucher du soleil. Wow, une belle première journée!

Île de Pâques - À la recherche de Rapa Nui pool - Ahu Tahai
Un magnifique coucher de soleil sur le site de Ahu Tahai

Jour 3 – Excursion dans les contrées lointaines de l’île

Nous prenons la journée suivante relaxe pour faire un peu d’école et planifier nos prochains jours sur l’île. Nous en profitons pour faire une petite visite au musée qui est très intéressant et qui donne beaucoup d’informations pour mieux comprendre le mystère autour des Moai. Vous pouvez également y apprendre les différentes théories sur la façon dont les statues ont été déplacées. Bref, une journée relaxe comme nous les aimons!

Le lendemain, nous nous levons aux petites heures du matin afin d’aller observer le lever du soleil sur l’un des plus beaux sites de l’île: Ahu Tongariki (voir la photo de couverture). Pour bien visiter l’île, il faut louer un moyen de transport comme une moto, un quad ou une voiture. Nous voulions originalement le faire à vélo (Jacob rêve de faire du vélo depuis des semaines), mais c’est assez long comme périple et les routes ne sont pas toujours en très bon état.

Nous embarquons dans la voiture et nous parcourons les routes à la noirceur et à toute vitesse pour éviter de rater l’heure du lever. Assez effrayant puisqu’il n’y a pas de lumière sur l’île et que la route principale est en fait un chemin de terre dans la direction où nous allons. À chaque tournant, nous nous demandions si nous étions toujours sur le bon chemin. Nous avons été rassurés lorsque finalement nous croisons un petit stationnement avec quelques touristes en attente de l’ouverture du site. Cool, nous n’allions pas rater notre lever du soleil!

David installe la GoPro pour un « timelapse », Geneviève réserve sa place pour prendre ses photos et les garçons se trouvent un spot pour pouvoir se courir l’un après l’autre. Vous voyez à quel point ils en profitent des merveilles que nous voyons durant notre tour du monde!!! 🤦‍♂️

Le manque de sommeil et l’attente en valaient la peine, le site est vraiment magnifique sous la lumière de l’aurore. Nous prenons notre temps pour vraiment savourer le moment et s’imprégner de cet instant que nous ne revivront probablement jamais. On les a vus de nos yeux vus!!! Disons que la journée commençait bien.

Avec un petit pincement au coeur, nous quittons le site un peu plus tôt que nous l’aurions voulu afin d’arriver avant le groupe de touristes au prochain site qui se trouve juste à quelques minutes de là. Une bonne stratégie de notre part puisque nous étions presque seuls à notre arrivée dans la fameuse carrière où les Moai étaient sculptés: Rano Raraku. Nos attentes étaient quand même assez minimes pour ce site puisque nous nous disions que c’est juste une carrière avec des statues à moitié terminées. Grosse erreur de notre part! En fait, il s’agit selon nous du plus beau site de l’île pour voir des Moai. Il y en a de toutes les sortes, des petits, des gros et en abondance. Vraiment un beau site et qui apporte encore plus de questions pour comprendre comment ils faisaient pour déplacer ces mastodontes de la carrière aux différents points de l’île. On parle de déplacer plusieurs tonnes sur des kilomètres avec des outils rudimentaires!

Île de Pâques - À la recherche de Rapa Nui pool - La carrière
Selon nous, l’un des plus beaux sites pour voir des Moai

Derrière la carrière, vous pouvez également aller marcher dans l’un des cratères volcaniques de l’île. Rien d’exceptionnel, mais quand même un petit détour agréable avant d’aller au prochain site. Il y a même des Moai sur les abords du cratère. Mais comment ils ont fait?

Maintenant que le soleil est debout, nous poursuivons notre route en longeant la côte afin de visiter d’autres sites de Moai et de tenter d’apercevoir notre fameuse piscine. Nous sommes bredouilles sur ces deux points jusqu’à ce que nous arrêtions sur deux petites plages au nord de l’île.

Île de Pâques - À la recherche de Rapa Nui pool - Des chevaux
Des chevaux en liberté sur notre route. De toute beauté!

Nous allons voir d’abord la plage de Ovahe qui est plus petite et donc (nous espérons!!!) plus privée. Pas de bol, le plage est magnifique, mais interdite à la baignade en raison des vagues puissantes et des rochers. Nous décidons donc de poursuivre jusqu’à l’autre plage qui n’est pas trop loin: la plage de Anakena. Comme prévu, il y a un peu plus de monde sur celle-ci, mais elle en vaut quand même la peine avec son sable légèrement rosé. Ce sera un spot parfait pour prendre notre lunch et les enfants pourront aller se baigner … ou pas. La journée est un peu nuageuse et le temps frisquet. Ajouter à cela une eau pas mal froide et vous n’avez pas trop l’envie d’aller vous saucer. Pas grave, le lunch était bon, la vue était belle et en plus, la plage se trouve à côté d’un autre site d’intérêt: Ahu Nau Nau. Un beau site pour les Moai puisque ceux-ci ont encore leur chapeau sur la tête, ce qui est quand même assez rare sur l’île.

Île de Pâques - À la recherche de Rapa Nui pool - Ovahe
La plage de Ovahe avec son sable presque rose!!!
Île de Pâques - À la recherche de Rapa Nui pool - Anakena
Une petite baignade même si c’est pas chaud
Île de Pâques - À la recherche de Rapa Nui pool - Ahu Nau Nau
Le chapeau pour les belles occasions

Notre remontons dans notre bolide pour poursuivre notre exploration de l’île, mais à l’intérieur des terres cette fois. Nous suivons la route jusqu’au site de Ahu Akivi. Le site permet de découvrir d’autres Moai un peu différent des autres et très bien préservé. En plus, il est juste à côté d’Ana Te Pahu, une belle série de grottes que vous pouvez explorer d’en haut ou d’en bas. Effectivement, les grottes ne sont pas profondes et elles disposent d’ouvertures à certains endroits. Un bon petit jeu à jouer avec les enfants est d’essayer de découvrir le trou dans lequel vous pourrez voir la personne qui suit le chemin dans les grottes. Faites gaffe par contre puisque les enfants pourraient facilement tomber s’ils partent en courant sans regarder. Les grottes sont assez jolies, mais la chose la plus spectaculaire est l’immense nid d’abeilles qui se trouve dans la première ouverture à votre gauche. Il est gigantesque et si vous ne le voyez pas, ouvrez vos oreilles, vous ne pourrez pas ignorer le vrombissement des abeilles.

Île de Pâques - À la recherche de Rapa Nui pool - Ana Te Pahu
Le site de Ana Te Pahu proche des grottes
Île de Pâques - À la recherche de Rapa Nui pool - La ruche
Vous voulez surtout pas secouer le nid …

Après toutes ces visites, il était déjà temps de rentrer à l’hôtel. Sur l’île, les sites ferment assez tôt et la noirceur arrive assez vite. Toujours pas de Rapa Nui pool à l’horizon.

Jour 5 – Entre volcans et falaises

Nous prenons la journée suivante de repos pour faire un peu d’école (quand on vous dit que ce n’est pas des vacances un tour du monde!!!) et surtout faire le plein d’énergie pour notre ascension du lendemain. Nous allons également à l’un des spots internet de l’île afin de faire quelques réservations pour nos prochaines destinations. Pas évident quand tu dois t’installer dans le parc municipal et que tu partages ta connexion avec les autres passants. L’internet est assez limité sur l’île!

Île de Pâques - À la recherche de Rapa Nui pool - Wifi
Notre accès à l’internet durant nos jours sur l’île

Comme prévu, le lendemain nous sommes debout tôt le matin et plein d’énergie pour affronter notre objectif du jour: le volcan Rano Kau. C’est un cratère proche de la ville à côté duquel se trouve les ruines du village d’Orongo.

Île de Pâques - À la recherche de Rapa Nui pool - Cratère
Un vrai de vrai cratère de volcan!!!
Île de Pâques - À la recherche de Rapa Nui pool - Paysage 2
La petite colline menant au cratère du Rano Kau

Nous ne le savions pas à l’époque, mais cette journée établirait un record de marche que nous ne dépasserions pas avant la Nouvelle-Zélande plusieurs mois plus tard. Une grosse journée de 17 km de marche en montagne et en longeant les falaises sur le chemin du retour. Jacob y a même laissé un numéro 2 💩 (quand faut y aller, faut y aller!) puisque les toilettes publiques sont assez rares sur le chemin menant au sommet. Pas d’inquiétudes si vous passez par là, il est en dehors du sentier 😉.

Malgré l’effort pour établir notre record de marche, la journée a été incroyable pour le volcan et son cratère impressionnant, mais surtout pour la route du retour lorsque nous longions les falaises.

Petit conseil si vous faites cette ascension, apportez un imperméable. David trouvait ça superflu puisque le soleil était présent. Il a résisté jusqu’au dernier moment, mais il n’a pas eu d’autres choix que d’abdiquer lorsque le nuage et l’averse étaient sur nous. Toute une averse!!! Heureusement, la pluie ne reste jamais bien longtemps et le soleil a vite été de retour. Geneviève nous en rabat encore les oreilles comme quoi elle avait raison comme toujours.

Toute la famille était motivée à accomplir notre quête avant de quitter. En voiture, la recherche de Rapa Nui pool était plus ardue, mais à pied nous considérions nos chances beaucoup plus élevées. Il n’y a pas de route pour longer les falaises, alors il fallait passer par les terrains privés. Parfois, nous avions la chance d’avoir un petit sentier pour trouver comment rejoindre la prochaine falaise. À d’autres moments, il fallait prendre quelques risques en s’approchant trop près du précipice (David a eu quelques crises cardiaques quand les enfants s’aventuraient trop loin de nous).

À chaque nouvelle falaise, des paysages de plus en plus fabuleux et incroyables s’offre à nous. Nous découvrons tout les petits secrets de l’île un à un. Ici une grotte au bas d’un escalier caché, là une piscine semi-naturelle dans la falaise, là-bas un bouillon d’eau qui soufflait au gré des vagues… Vraiment, nous cherchions une piscine et finalement, nous avons découvert ce que l’île à de plus beau à nous offrir: son littoral. Dommage que c’était notre dernière journée complète puisque nous aurions aimé parcourir le reste de l’île de cette façon.

Île de Pâques - À la recherche de Rapa Nui pool - Un trou du souffleur
Un trou du souffleur dans le creux d’une falaise
Île de Pâques - À la recherche de Rapa Nui pool - Grotte
Une jolie petite grotte avec des peintures rupestres à l’abri des regards

Une de perdue, dix de retrouvées

Après 6 jours sur l’île, nous sommes bredouilles dans notre recherche de Rapa Nui pool, mais nous sommes gagnants de nombreux souvenirs grâce à nos recherches. L’île de Pâques est non seulement mystérieuse, mais elle recèle également de nombreuses merveilles à découvrir. Sans passer votre temps à recherche Rapa Nui pool (envoyez-nous une photo si vous la trouvez ), nous vous conseillons au minimum d’explorer ses falaises et de faire d’autres découvertes. Ça nous a même fait un peu oublier nos premiers pas au Chili!

Île de Pâques - À la recherche de Rapa Nui pool - Rapa Nui Pool?
Nous pensions l’avoir trouvée, mais ce n’est pas elle

Nous avons été charmé dès le départ par cette île. Il y a une aura spéciale qui provient du mystère des Moai, des falaises, mais aussi de voir les chevaux en liberté, les vaches brouter librement et de juste vivre le rythme de vie des îles.

Après un petit empenadas pour la route, nous sommes fin prêts à retrouver le continent pour poursuivre nos aventures chiliennes. Santiago nous voici!

Pour toutes les photos et vidéos, allez voir nos albums sur Facebook.

Pour faire comme nous !

1 CLP = 0,0020 CAD

Hébergement

Hostal Pumakari, 53 040 CLP / jour (107,40$ CAD) pour une chambre familiale avec salle de bain privée. Les propriétaires avaient seulement des cabanes avant et ils viennent d’ajouter un bâtiment avec des chambres et des pièces communes (cuisine bien équipée, salon, etc.). Le petit déjeuner n’est pas inclu et il n’y a pas d’air climatisé, mais les nuits étaient fraiches. Un peu à l’écart du village, mais assez proche quand même. Un très bon choix pour le prix et les bananes fraiches étaient gratuites. Vous pouvez arranger la location de voiture avec les propriétaires pour un prix compétitif.

Nourriture

O The Ani – Empenadas 7 300 CLP (14,78$ CAD) pour trois. Il y a plusieurs endroits sur l’île, mais ceux de cette boulangerie étaient succulents. Un bon repas économique si vous ne voulez pas cuisiner.

Hot-dog et café proche d’une des épiceries 3 500 CLP (7,09)$ CAD pour deux hot-dogs et un café. L’option la moins chère pour un repas sur l’île. Le kiosque n’est pas ouvert tous les jours.

Étant sur un budget, nous avons privilégié l’épicerie à l’île de Pâques puisque le prix des restos est assez élevé et les options assez limitées. Il y a plusieurs épiceries, mais les choix sont assez restreints et les prix assez élevés. Les fruits et légumes sont plutôt rares et le choix restreint. Nous avions fait des provisions à Santiago avant de partir. Vous devriez en faire de même!

Visites

Parc National Rapa Nui 54 000 CLP par adulte et 27 000 CLP par enfant pour un total de 162 000 CLP (328,03$ CAD) pour une famille de 4. Vous devez obligatoirement payer l’entrée au parc pour visiter l’île et ses sites. Un investissement conséquent, mais vous ne retournerez probablement jamais sur cette île mythique.

Transports

Location de voiture, 35 000 CLP / jour (70,87$ CAD) pour un mini 4X4. Location avec nos hôtes puisque le prix était mieux que dans les agences. Pour une journée à faire le tour de l’île, nous avons mis pour 9 500 CLP (19,24$ CAD) d’essence.

Magasinage

Toilettes, 2 000 CLP (4,05$ CAD) pour quatre. Quand faut y aller, faut y aller. Prévoyez de la petite monnaie.

(Visité 202 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.